L’homosexualité sous le siècle des Lumières

L’HOMOSEXUALITE SOUS LE SIECLE DES LUMIERES :

     Le siècle des Lumières va apporter un regard nouveau sur l’homosexualité. Pour une des toutes premières fois, l’homosexualité fait l’objet d’un débat et non plus d’une condamnation pure et ferme. L’amour philosophique  devient un des principaux thèmes de la philosophie de l’époque. Malheureusement, les penseurs de l’époque n’arriveront pas à se mettre d’accord et auront tous une position différente les uns des autres.

     Dans son ouvrage Des Délits Et Des Peines, Cesare Beccaria s’interroge sur la proportionnalité des peines et donc sur leur utilité. Il pense notamment qu’il faut décriminaliser l’homosexualité.                                                                         Rousseau, quant à lui, est beaucoup moins favorable à l’homosexualité. Dans le livre II des Confessions, il y décrit sa mésaventure avec un homme qui tenta d’abuser de lui. Il tire de cet évènement une généralité sur les gays et qualifie les homosexuels de personnes ayant « un goût dépravé qui outrage la nature ». En dehors de l’hétérosexualité, point de salut aux yeux de Rousseau.

En dehors de ces débats philosophiques, l’homosexualité va gagner du terrain dans les villes.

Molly House en Grande-Bretagne

A titre d’exemple, en Angleterre apparaissent les Molly Houses, ancêtres des bars gays, souvent tenus par un homme déguisé en femme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s